Bordeaux
Bordeaux

l'apéro est offert par les vignerons de bordeaux et bordeaux supérieur

Apéro Bordeaux

Portrait de vigneronne : Emilie Contiero

Les Echos de Bordeaux, newsletter de l’Agence Fleurie, nous emmènent à la rencontre d’Emilie Contiero, propriétaire du Château Bragelone.

 

Une passion à faire vivre

 

Émilie Contiero débute sa carrière à Saint-Émilion dans la vente de vin, bien que passionnée par le vin, ses emplois ne la captivent pas, elle décide alors de changer de secteur. Sa vie personnelle connaît par ailleurs d’importants changements, elle retrouve Nicolas, rencontré à l’école, et l’épouse. De leur union naissent deux petites filles, puis sur le tard un petit garçon.

 

 

Un projet à transmettre

 

En fait Emilie ne s’éloignait du vin que pour pour mieux y revenir ! En 2012, elle s’installe seule sur quatre hectares de vignes. Nicolas, diplômé en viticulture et œnologie, l’appuie et la rejoint en 2017. Ils travaillent ensemble à faire croître ce domaine qu’un jour ils pourront transmettre. « Pour rien au monde, je ne reviendrai en arrière ».

Ils choisissent de s’appuyer sur la cave coopérative de Tutiac mais, chaque année, le couple conserve la production d’un hectare sur 23, qu’il travaille et commercialise lui-même sous la marque Château Bragelone. « C’est d’abord, le terroir qui travaille, explique Émilie. Nous cherchons à en tirer l’expression la plus juste, la plus jolie. »

 

 

Label bio et agroforesterie

 

La labélisation bio devrait intervenir dans les deux ans. À Bragelone, on évite la chimie préférant le désenherbement mécanique. « En réduisant au maximum les labours, on laisse faire la nature, moins on entre dans la vigne, moins on abîme son écosystème », souligne Émilie.

Le couple s’est engagé dans la voie de l’agroforesterie avec l’acquisition d’une belle friche de 25 hectares, « un véritable cadeau, parce que cette terre était vierge de toute culture ». Là, il plante 3 hectares de vignes et près de 500 arbres, fruitiers, champêtres et des haies, au cœur des vignes. Émilie constate déjà sur ces terres la présence plus importante d’insectes, coccinelles et sauterelles.

 

 

Lire l’article complet

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *