Bordeaux
Bordeaux

l'apéro est offert par les vignerons de bordeaux et bordeaux supérieur

Apéro Bordeaux

Dégustation décembre 2013 : 3 Crémant de Bordeaux médaillés au dernier Concours des Crémants

Ces 3 Crémant de Bordeaux sont Luccios, Paulian et la Cuvée Jean-Louis Ballarin , médaillés au dernier Concours des Crémants de France et du Luxembourg.

 

Les membres du Jury sont :
Mesdames Marie Bellego (Paris), Marie-Caroline Billon (Eysines), Monique Chaverot (Lentilly), Marion Civel (Bordeaux), Sophie Clarisse (Bègles), Marie-Angélique Contival (Angoulème), Clémence Gravereaux (Paris), Fanny Reynal (Bergerac).
Messieurs Jérome Celie (Paris), Geoffroy de Lozzo (Toulouse), Rémy Laurent (Annecy), Jean-Marc Lejoly (plechatel), Benjamin Manier (Nice), Damien Menzato (Dijon), Christophe Peuchaud (Ayguemortes les Graves).

 

Retrouvez ces vins sur la Cave en ligne 1001 Châteaux

 

Luccios Crémant de BordeauxLuccios
AOC Crémant de Bordeaux
Cave Coopérative Vignerons de Saint-Pey Genissac
Sémillon 97 % – Muscadelle 3 %
Prix Propriété : 6,50 € TTC
Contact : www.vigneronsdesaintpey-genissac.fr

 

Dégustation
Oeil : bonne structure de bulles.
Nez :  Net, arômes floraux, notes exotiques avec une légère pointe d’évolution.
Bouche : Attaque souple, très bon équilibre général.

 

 

 

 

 

Paulian Crémant de BordeauxPaulian
AOC Crémant de Bordeaux
SA Lateyron
60 % Sémillon – 40 % Cabernet-Franc
Prix Propriété : 6,85 € TTC
Contact : www.lateyron.com

 

Dégustation
Oeil : Belle mousse persistante et intense. Couleur or Pâle.
Nez : arômes fins et complexes avec des notes florales et de fruits.
Bouche : Fraîche, charnue et vineuse. Finesse, ampleur et note finale florale.

 

 

 

 

 

Ballarin Crémant de BordeauxCuvée Jean-Louis Ballarin
AOC Crémant de Bordeaux
Jean-Louis Ballarin
Sémillon 50 % – Muscadelle 50 %
Prix Propriété : 7, 80 € TTC
Contact : www.cremants-ballarin.com

 

Dégustation
Oeil : Robe dorée et Pâle, bulle nerveuse.
Nez :  Notes d’acacias et d’agrumes se mêlent aux arômes d’épices et de torréfaction.
Bouche : Structure équilibrée et fine. Finale longue et fruitée.

Partager :

15 Réponses pour : “Dégustation décembre 2013 : 3 Crémant de Bordeaux médaillés au dernier Concours des Crémants”

  1. Marie-Caroline dit :

    Notre 1ére dégustation, la Cuvée Jean-Louis Ballarin avait une jolie couleur, de belles bulles !
    Un peu amère en bouche cependant lorsqu’on l’accompagne d’un mets sucré !

    Dégustation de Marie-Caroline

  2. Fanny dit :

    1ere dégustation avec le Luccios, très agréable et rond en bouche !

  3. Christophe dit :

    Tout d’abord je vous remercie de nous avoir offert cette dégustation que nous avons apprécié a l’aveugle et en famille.

    Les participants :
    Moi même , mon père Serge et ma mère Jany ( anciens cavistes !) et mon futur neveu Benjamin ( futur sommelier ) ,

    Commentaires :
    a l’unanimité le crémant arrivé en tête est le Crémant Luccios , suivi de très près par le Paulian de Lateyron .
    Par contre et là encore a l’unanimité celui qui a déçu est la Cuvée J- Louis Ballarin (sauf pour la présentation de la bouteille de loin la plus originale !)

    La dégustation de Christophe

    Luccios :
    Robe jaune claire paille ( la plus claire des 3 )
    Bulle assez fine allant vers la finesse avec un joli train de bulles en cours d’évolution
    Nez assez puissant, agréable et plutôt sur le fruit
    attaque « crémeuse’ très agréable, très belle évolution en bouche
    Finale assez longue , présentant toutefois un petit excès de sucrosité ( liqueur ++ ?? ). Bel équilibre général

    Paulian :
    Robe jaune paille claire
    Nez agréable plutôt sur les fruits secs et la pomme ( avis général)
    Bulles peu nombreuses devenant fines
    Attaque douceureuse mais agréable , petite évolution et finale marquée par une pointe d’acidité ainsi qu’une très légère amertume. Bon produit en général

    Cuvée Jean Louis Ballarin :
    En dehors de sa présentation cette bouteille a été jugée décevante ,très en de ça des deux autres
    Robe jaune paille très claire !! beaucoup moins d’éclat
    Bulle grossières et assez rares
    Nez discret plutôt floral
    En bouche grosse déception , manque de matière évident , aucune évolution et finale très ( trop ) courte
    Etonnant pour une crémant récompensé par une médaille d’or !!!!
    autre commentaire peu flatteur : vin technologique !!

    En résumé , dégustation agréable en famille permettant de nombreux échanges .
    A noter qu’au cours du repas qui a suivi la dégustation les avis ont dans l’ensemble peu évolués a ceci près que la Cuvée Luccios a été encore plus appréciée !

  4. Marie dit :

    Par une soirée d’hiver. Ambiance décontractée à la manière d’un apéritif dinatoire entre amis. Quatre fines bouches autour d’une table. Pain, fromage et crémant, tout est réuni pour une dégustation crémante digne de ce nom. Le cadre est dressé.

    De fines bulles à vue d’œil pour le plus grand plaisir de mes convives. Nos papilles ne savent plus où donner de la tête. Nos premières impressions avec un BALLARIN, à la robe étincelante et clairvoyante. Les bulles s’agitent expressément. Des notes fruitées avec une légère acidité en fin de bouche. Une bouteille à l’allure d’une grande, qui de loin se distingue de ses compères durant cette dégustation (à l’unanimité). Suivi d’un LUCCIOS à la bulle souple et équilibrée mais à la mousse persistante. Notes exotiques et florales, avez-vous dit ? Très(trop) léger en bouche, un brin dénué de goût, nous dirions plutôt ! Et pour finir, un PAULIAN à l’apparence finement dorée nous laissant totalement perplexe avec une amertume excessivement présente malgré une dominante florale qui ne passe pas inaperçue.

    Un éveil des sens autour de ces trois crémants étonnamment voisins ou comment apprendre à identifier les arômes et les saveurs des Crémants de Bordeaux (un grand merci pour ce petit plaisir pétillant). L’effervescence bordelaise mêlant fraîcheur, acidité et vivacité était bien au rendez-vous.

    1- Ballarin Crémant de Bordeaux Cuvée Jean-Louis Ballarin
    2- Luccios
    3- Paulian Crémant de Bordeaux Paulian

    Dégustation de Marie
    Comme un air d’effervescence… (©Marie BELLEGO – Paris)

  5. bende dit :

    Vous devez apprécier ce bon crémant car les bulles sont d’immenses pétillements qui renforcent les liens et lorsque l’on apprécie ce délice il n’y a plus rien que du bonheur alors fêter avec dignité et surtout pas perdre une seule goutte sinon la déposer sur une feuille de sopalin pour que je puisse humer ce délice merci la présentation est très jolie

  6. benderradji dit :

    Peut être aurai je la chance de pouvoir regarder et déguster avec délicatesse ces nouveau crus et que le pétillement ne m’abrutisse pas pour pouvoir vous avouer avec sincérité la teneur comme ceux des rouge auparavant merci

  7. Fanny dit :

    Le Ballarin a été dégusté, et apprécié. Avec une bonne acidité ( façon granny), ce qui lui apporte aussi une grande fraicheur.
    Cependant, le Paulian a été le favori, grâce à son amertume peu présente, et à sa légéreté.

  8. Damien dit :

    Un grand merci à Apéro-Bordeaux ainsi qu’à l’interprofession des vignerons de Bordeaux et Bordeaux supérieur pour nous avoir offert cette dégustation que nous avons très apprécié. Une dégustation de fête en cette période d’hiver avec à l’honneur les Crémants de Bordeaux !

    Les dégustateurs :
    C’est un jury d’élèves de l’Institut Universitaire de la Vigne et du Vin de Dijon qui s’est prêté au jeu. Pour parfaire cette dégustation, un apéro dinatoire composé de crudité, de maki et amuses bouches accompagna les bulles.

    La dégustation de Damien

    Luccios :
    Robe : jaune paille claire
    Effervescence : Bulles assez fines et plus nombreuse que le Paulian
    Nez : agréable, à la fois discret et fin sur des notes d’agrumes
    Bouche rafraîchissante et pétillante avec une aromatique moins soutenu. Fin de bouche qui ce fini avec une légère amertume (non désagréable).
    Avis: Un vin effervescent avec un joli équilibre général.

    Paulian :
    Robe : jaune paille claire à reflet vert
    Effervescence : Bulles fines mais moins nombreuses (moins longue en durée)
    Nez : très agréable et très aromatique, le plus des trois.
    Bouche : agréable, sur la douceur et la finesse. Aromatique toujours là et c’est très agréable. On note toutefois un petit manque d’acidité pour la fraîcheur.
    Avis Un vin effervescent avec une jolie trame aromatique et une légèreté très agréable.

    Cuvée Jean Louis Ballarin :
    Robe : jaune paille
    Effervescence : Bulle grossières, ça mousse beaucoup trop ! Pas très jolie.
    Nez : plutôt grossier avec une aromatique désagréable pour ma part, certains ont trouvés des notes d’amande.
    Bouche : qui confirme ce que l’on a eu au nez. C’est très pétillant (mousseux ?), les arômes sont moins naturel, pas de fruit mais plutôt des arômes d’amandes, de fruit sec (grillé) et de l’amertume. Limite un goût de « caoutchouc ». Fin de bouche à la fois amer, acide et persistant. Ce n’est pas agréable. Point positif: la bouteille est plutôt agréable à l’oeil.
    Avis: C’est tout de même le vin le plus cher, qui à la même médaille que le Lucios mais qui est le plus décevant. Comme quoi, ce n’est pas à l’étiquette que l’on juge un vin mais plutôt de ce qui ce cache à l’intérieur.

    Avis général : Une dégustation très agréable que les dégustateurs ont appréciés, le Luccios ainsi que le Paulian sont tout deux arrivés ex-aequo de par leur effervescence, l’aromatique et l’équilibre. Ce fût dur de les départager car l’un possède plus de fraîcheur et l’autre plus d’aromatique. Par contre la Cuvée Jean-Louis Ballarin est arrivé bien dernière. C’est une expérience à renouveler volontiers.

    Damien

  9. Rémy dit :

    J’ai été heureux de déguster les 3 Crémant de Bordeaux. Quel beau cadeau en effet à la veille de Noël que ce pack pétillant à souhait. Débouchés et goûtés dans la foulée.

    Nous avons débuté la soirée autour du Luccios, apprécié en apéritif, dont la finesse des bulles, à l’oeil, se retrouve agréablement au palais. Les audacieux qui oseront y mélanger une liqueur de fruit ne savoureront pas la suffisance du Luccios, mais sachez qu’il ne perdra rien de son équilibre et de sa présence en bouche.
    Peu habitués à l’effervescence sur une viande et accompagnement en chaud, nous avons réservé la Cuvée Jean Louis Ballarin et le Paulian pour les desserts.

    C’est donc sur une bûche crème au beurre et marron que nos papilles ont découvert le Crémant de Jean Louis Ballarin.
    Les arômes épicés affleurent le nez d’entrée de jeu, et semblent s’allier à la perfection aux notes de fruits secs légèrement torréfiés de la pâtisserie. Hélas, à mon goût, la vivacité des bulles emporte le palais et masque le fruité et tout le potentiel de cette Cuvée. Peut-être plus appréciable en apéritif, ou si le coeur vous en dit, au cours d’un repas, pourquoi pas un gibier, avec un gratin assez relevé, voire même un fromage persillé.

    Au Paulian de « rectifier le tir », si j’ose dire (non non, nous n’avons pas sabré les bouteilles, et, dans les règles de l’art, les bouchons n’ont pas sauté !!! ). Sur un deuxième dessert, une autre bûche, glacée et acidulée, celle-ci (biscuit pistache, crème au citron bergamote et dés de kiwis, meringue). Totalement en phase avec le Paulian, on y retrouve en effet la légereté et la fraîcheur, un subtil dosage doux-amer à la fois floral et fruité, une bulle moins agressive que la Cuvée J-L Ballarin.

    La dégustation de Rémy

    Je ne me risquerai pas à classer ces crûs, ils ont chacun leur « personnalité » et il est difficile de les positionner (les accompagner) à l’aveugle, sans les connaître au préalable.
    Prochainement, je tenterai certainement la même sélection, dans une autre « mise en scène ».

    Merci encore au Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur pour cette dégustation et cette initiative pédagogique et conviviale.

    Dégustation de Rémy

  10. Geoffroy dit :

    une dégustation très appréciable de ces 3 crémants, en prolongation d’une séance crémants de france.
    l’équilibre du Ballarin nous à conquis d’avantage que les autres mais aucune goutte n’a été perdue, toutes dégustées avecle plus grand soin et nos remerciements !

  11. Dégustation Crémant de Bordeaux – Le Lucios, Le Ballarin, Le Paulien, servis lors d’un apéritif majoritairement féminin lors de la préparation du prochaine Rallye des Dames de Coeur 2014.

    Nous avons toutes été immédiatement conquises par cette robe légèrement dorée et lumineuse agrémentée de fines bulles synonymes de fête tout comme l’agréable bruit du bouchon qui met déjà en joie toutes les invitées dont les yeux pétillent au diapason du Crémant de Bordeaux. C’est comme si nous fêtions déjà la victoire de nôtre prochain Rallye des Dames de Coeur, l’ambiance est à la fête ! Décidémment ce Crémant plait particulièrement aux Dames.

    Le goût est fin et riche, il évoque un peu les agrumes (mandarine), les fruits charnus (pêche) et une note de fleurs blanches comme l’aubépine. Une belle sensation de fraicheur en bouche, bien franche et équilibrée entre une rondeur fruitée immédiate et une belle acidité rafraîchissante, un peu citrique. Dosage subtil qui accompagne parfaitement un dessert sucré ou une coupe de fraises. Merci de nous avoir fait connaître ces délicieux Crémant de Bordeaux dont nous n’avions pas connaissance jusqu’alors, cette région étant connue surtout pour ces vins rouges, nous n’imaginions même pas qu’il puisse exister, bon nombre de dames ont été surprises par les bouteilles qui sont très élégantes et les étiquettes richement décorées qui sont du plus bel effet sur table, particulièrement celle de la cuvée Ballarin qui est vraiment très originale. Quant au Paulian, l’étiquette remporte tous les suffrages. Merci pour cette délicieuse dégustation très appréciées par le groupe du Rallye des Dames de Coeur conquises par la fraicheur des bulles du Crémant de Bordeaux, merci pour votre générosité qui restera dans nos mémoires et dans nos coeurs.
    La dégustation des Dames de Coeur

  12. Jean-Marc dit :

    Quoi de mieux pour les fêtes de fin d’année que ces vins qui font pétiller la vie !

    C’est une surprise pour tous ( nous ne connaissions pas ces vins petillants de Bordeaux, bien ronds en bouche accompagnant les différents plats de ces repas de fête).

    De l’avis de tous c’était « crémant » bon

    Jean-Marc

  13. Jérome dit :

    Merci à @AperoBordeaux pour cette dégustation.

    J’ai donc reçu trois crémants de Bordeaux. Après un tour sur wikipédia pour comprendre l’origine du Crémant de Bordeaux, on se rend vite compte qu’il s’agit d’une production confidentielle en Bordelais. Seulement 200 hectares de vignes seraient destinés à produire du Crémant de Bordeaux. L’AOC Crémant de Bordeaux existe depuis 1990 avec une refonte de l’AOC en 2009. Les cépages principaux sont des cépages régionaux, sémillon, sauvignon et muscadelle. Il existe également des Crémants rosés, c’est alors le cabernet, le merlot, le petit verdot ou le malbec qui sont les principaux cépages.
    La méthode de vinification est champenoise traditionnelle, ou plutôt devrais-je dire Limouxines, rendons à César ce qui est à César, désolé à mes amis de Reims qui se sentiront outrés.
    J’ai reçu 3 bouteilles de Crémants blancs pour cette dégustation dans laquelle nous sommes allés de surprise en surprise.

    Jean Louis Ballarin
    Cremant de Bordeaux
    On commence la dégustation par la plus jolie bouteille. 50% Sémillon – 50% Muscadelle. Une belle bouteille qui donne envie de la boire. Et on connaît l’importance du marketing pour ce genre de vin. Et la plus jolie bouteille est celle que nous avons le moins appréciée. La robe est très pâle, pas de dorée, ni d’or, mais presque du vert… Au nez, on reste un peu sur notre faim. Le nez est plutôt fermé, la bouteille, trop froide au début ne dégage pas grand chose. Puis le vin se réchauffant, on découvre quelques notes de fleurs et de fruits blancs mais encombrées par une note épicée dérangeante et pas en accord avec la légèreté que devrait dégager un tel vin.
    En bouche, même déception. Il y a ce début très fin puis vient se mêler quelque chose de plus puissant, l’acidité est présente mais s’efface rapidement en fin de bouche et le sucre prend alors le dessus de manière désordonnée. Le plus expérimenté d’entre nous a toutefois apprécié et nous a signalé que nous n’aimions pas parce que notre « octave sensoriel » était encore trop réduit. pour lui, ce vin a un vrai charme et tente d’associer des arômes rarement mis ensemble. Bref, comme toujours pas d’unanimité mais une bouteille à tester pour découvrir de nouvelles sensations.

    Paulian
    Cette fois-ci, ce n’est pas la bouteille qui est jolie, mais l’étiquette, très travaillée. Au niveau de la dégustation, ce crémant reste assez pâle également au niveau de la couleur. Au nez, on sent plus d’équilibre que dans le Ballarin même si son côté vineux semble prendre le dessus. On retrouve l’arôme typique du cabernet-franc, qui personnellement m’a un peu dérangé associé au sémillon. Cela a, au contraire beaucoup plu à d’autres. En bouche, le vin retombe vite, pas de longueur et un vin qui manque un peu d’équilibre. Mais c’est quand même une nouvelle découverte. Et c’est la preuve qu’on peut faire du vin blanc avec du raisin rouge… A tester.

    Luccios
    Luccios a fait l’unanimité en sa faveur. C’est le meilleur, tout simplement pour certains. Pour d’autres, c’est surtout celui qui est le plus équilibré. L’acidité, le sucre sont bien maîtrisés. A l’oeil, de fines bulles et une couleur un peu plus soutenue que les précédents. « Ca lui donne du corps », moins de « verdeur » à l’oeil. Au nez, on trouve beaucoup plus de complexité. L’agrume laisse la place aux fruits exotiques, on sent une pointe de passion. Et si le Sémillon quasiment sans assemblage était le cépage idéal pour un bon crémant de Bordeaux ?
    Dégustation de Jérome

    Merci à @aperoBordeaux de nous faire découvrir de nouvelles appellations et de nouveaux vins, parfois méconnus. Certains d’entre nous sont déjà en train de rentrer du Luccios pour les pique-nique de printemps, sur la pelouse, avec du poisson mariné aux citrons et une salade de fruits exotiques…

    L’article complet sur mon blog

  14. Clémence dit :

    Pour la première fois, j’ai été sélectionnée pour participer au jury de l’apéro Bordeaux. Pour cela, une équipe de plus ou moins fins connaisseurs avaient été réunie autour d’un apéritif dînatoire. Quelques gougères au comté pour ne pas dénaturer les vins et d’autres bouchées salées nous ont permis de commencer la dégustation.
    La bouteille leur était présentée dans un premier temps pour connaître leurs impressions sur le visuel avant de procéder à la dégustation.

    La dégustation a commencé avec le Paulian, dont le visuel de l’étiquette a immédiatement déçu. L’étiquette verte sur la bouteille verte n’attire pas le regard du consommateur ; l’étiquette bien trop kitsch ressemble presque à une bière de Noël traditionnelle.
    A l’oeil, la robe est de couleur citron bien trop pâle et offre trop peu de bulles pour laisser penser à un crémant. Le nez présente un arôme sucré. Cependant le palais est très peu effervescent, il n’y a pas de bulles en bouche comme si la bouteille avait été aérée. Le sucre reste en bouche et ne présente pas assez de fraîcheur. La bonne longueur en bouche est sûrement dûe au dosage de ce vin qui n’a pas le profil gustatif d’un crémant.

    La dégustation s’est poursuivie par le Luccios. Le package de le bouteille ne plait toujours pas. Bien trop kitsch, la police ne convient pas avec cette même utilisation du vert qui ne fait pas ressortir l’étiquette. Cependant le format de la bouteille inspire nettement plus confiance car elle ressemble à celle d’une bouteille de champagne, notamment aussi grâce à son col doré.
    A l’oeil, celui-ci est de couleur encore plus pâle que le premier, mais présente nettement plus de bulles. Plus intense au nez, celui-ci semble moins fruité, et présente davantage de minéralité. Au palais, l’assemblé est pratiquement unanime. Le goût est meilleur, les arômes plus complexes et le fond de bouche est aussi plus persistant.

    Nous avons terminé la dégustation par la Cuvée Jean-Louis Ballarin. La couleur est elle encore très claire, mais présente de belles bulles. Le nez est plus aromatique, et sent davantage comme un vin blanc pétillant. En bouche, ce vin est un peu agressif, fort en alcool. De plus, celui-ci reste court en bouche, avec un arrière-goût amer qui nous a dérangé.

    Unanimement, nous déclarons le second crémant notre préféré. Nous avions par ailleurs noté que deux des vins présentaient la même médaille d’or, de la même année… Les médailles d’or sont elle discernées par dizaines ?

    Dégustation de Clémence

  15. fred dit :

    Bonjour Clémence ! Nous vous avons sélectionnés des vins médaillés c’est tout ! 🙂 Toutes les infos sur le Palmarès 2013 des Crémants de France et du Luxembourg par ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *